Les diverses sections du pouvoir au Honduras se querellent sur le sort à réserver aux responsables du coup d'État de juin dernier. Alors que les congressistes du pays d'Amérique centrale songent à leur accorder l'amnistie, le procureur général hondurien vient de porter des accusations contre les dirigeants de l'armée.

Les accusations visent le commandant des forces armées honduriennes, Romeo Vasquez, et ses plus proches subalternes, dont le commandant de la marine et des forces aériennes.

Le procureur Luis Alberto Rubi demande à la Cour suprême de lancer des mandats d'arrêt contre six officiers de haut rang. Il estime que,...

* * *
The opinions expressed in this article/multimedia are those of the author(s) and do not necessarily reflect the views of CIGI or its Board of Directors.